Lugh, le stablecoin par le groupe Casino

Lancement du stablecoin Lugh par le groupe Casino sur Tezos en partenariat avec plusieurs acteurs dont la Société Générale.

Lugh, le stablecoin par le groupe Casino

Mercredi soir se tenait la session Clubhouse hebdomadaire crypto francophone. L'occasion d'échanger sur l'actualité avec Marco de Bitcoin.fr, Quentin de Beauchesne de CryptoFr et Antoine Ferron de BitLogik.

Le principal sujet est le lancement du stablecoin Lugh par le groupe Casino annoncé dans la Newsletter 21 Millions quelques heures avant. En partenariat avec plusieurs acteurs dont la Société Générale, les stablecoins seront disponibles d'abord sur Coinhouse et pourront être utilisés dans le groupe Casino. Ils seront emis sur Tezos.

La première question est dans quelle mesure s'agit il d'une opération marketing ou d'un projet d'ampleur. Il me semble que cela représente dans tous les cas un changement de culture depuis les POC blockchains vers projets en cryptoactifs. Ensuite la question qui se posera sera l'ouverture du projet à d'autres échanges, d'autres acteurs...

Sur le plan de la régulation, est il possible d'imaginer que les jetons circulent librement du point de vu des obligations AML et KYC ?  Par exemple, il est possible que le système soit ouvert mais que toutes les adresses avec lesquelles on interagit soient whitelistées par des acteurs identifiés. Sur ce point VRO, représentation d'or, offre un exemple similaire de jeton contrôlé.

Cette ouverture posera aussi des questions techniques. En particulier la capacité du réseau a soutenir une montée en charge. Le projet Tezos a t'il les solutions de passage à l'échelle en cas de succès?

Coté fiscalité, il y a un intérêt pour les trader en cryptoactifs de la zone euro pour prendre leur gain sans déclencher la fiscalité. Aujourd'hui il y a principalement deux stablecoins en euros fournit par Synthetix et Statis. Les volumes restent dérisoires et difficilement exploitables.

Autres actualités

Les bitcoins revendus aux enchères au dessus du prix du marché

Une société d'enchère a mis plusieurs lots de bitcoins, relayés sur un site internet. Pourquoi sont ils partis à un prix plus élevé que le cours actuel?

- Xavier : Le type d'investisseur est différent que les utilisateurs de plateformes d'échange
- Quentin : Plutôt un mouvement de marché, on a vu l'évolution dans la matinée
- Audience : Peut être le bénéfice d'avoir un bitcoin "propre"

Rachat par KPMG de Blockchain partner

Les fusions acquisitions sont communes dans le monde du conseil pour permettre de fournir une palette complète de services aux grands groupes. Après une année 2020 qui a vu resserrer les budgets d'innovation, voilà une bonne transformation pour ce qui a été un des épicentres de l'écosystème français.

Levée de fonds d'.arianee

La société fournit des certificats pour les utilisateurs finaux. L'intérêt de la solution actuelle dépend beaucoup des utilisateurs. Pour le moment la levée de fond s'est sans doute faite sur les belles références qui sont sur la plateformes. Pour la suite, la question stratégique est peut être la capacité a développer un second marché. Sujet sur lequel l'équipe a de l'expérience.

Minage et rapports de force

La tension en cours autour de l'EIP 1559 qui prévoit de "brûler" une partie des frais des transactions semble tendre vers une résolution. Cette crise n'est pas sans évoquer la question des rapports de forces entre mineurs et développeurs. Sur Bitcoin, qui a aquis une forme de résilience par ces crises, on peut évoquer par exemple la mise en place de segwit, la place de slushpool en 2014, les alliances entre mineurs...

Bitpanda lève des fonds

L'échange autrichien, après avoir obtenu le visa PSAN (prestataire en services sur actifs numériques), vient de lever 142 millions d'euros pour une valeur estimée de 1.2 milliards de dollars. Dérisoire comparé aux leaders du marché, mais une très bonne nouvelle pour le développement de l'écosystème européen.  L'obtention du PSAN par un acteur européen hors de France est une bonne nouvelle pour l'attractivité du statut. Mais comme soulevé par le Journal du Net, il semble que le statut et notamment la vitesse d'approbation pose problème.